• 26 septembre 2016

Intelligence économique : donner du sens au savoir

Intelligence économique : donner du sens au savoir

Intelligence économique : donner du sens au savoir 150 150 Stanton Wallace

iesenssavoir

Il s’écrit beaucoup de choses ces temps-ci à propos d’intelligence des affaires, d’intelligence économique ou stratégique. Nombre de fantasmes entourent ces concepts : barbouzeries, espionnage, manipulations, influence, retournement ; et les professionnels du secteur déploient des batteries d’argumentaires structurés dans le but d’évangéliser et de redorer leur blason.

Les idées qui circulent sur les activités de l’intelligence économique ou stratégique ne sont pas entièrement infondées ; il y a rarement de la fumée sans feu. Mais cela n’enlève rien à la nécessité de ces métiers. Ce qui manque souvent, en revanche, et qui nuit à la confiance nécessaire à une telle activité, c’est un cadre éthique et légal en-dehors duquel toutes les rumeurs sont potentiellement justifiées.

Stanton Wallace a peu écrit sur le sujet, mais beaucoup agi pour influencer concrètement un marché encore balbutiant – mais un marché de plus en plus reconnu aujourd’hui par de nombreux CEO, par la gouvernance de grandes entreprises, de PME et de fonds de private equity.

Entretenir un environnement d’affaires sain ne va pas à l’encontre de l’efficacité des méthodes de l’intelligence économique, bien au contraire, mais beaucoup d’acteurs du milieu aiment à entretenir le flou, le « mythe », le mystère. Ce n’est pas notre façon de faire : en plus de nuire à l’image, cette réputation (presque volontaire parfois, et assumée) n’est d’aucune aide pour personne, s’éloigne de la problématique du client. Le cadre dans lequel nous avons inscrit notre offre IS (Intelligence Solutions) est légal,éthique et transparent. L’intelligence ne peut pas être une tare à cacher. Ce qui intéresse les spécialistes et les consultants de Stanton Wallace, c’est l’accompagnement des clients sur des problématiques complexes et des décisions malaisées, non le grand frisson de l’« espionnage ».

Si nous pouvons déployer ces Intelligence Solutions, ou IS, c’est aussi parce qu’elles sont le fruit d’une longue expérience et d’un vrai travail de mûrissement. Unlaboratoire interne a œuvré à leur élaboration pendant trois ans, en conjuguant la connaissance du marché, les sources théoriques et les tests en situation. La méthode originale retenue par ce laboratoire combine trois éléments clés :

  • l’OSINT (open source intelligence ou renseignement d’origine source ouverte), soit la collecte d’éléments de renseignement disponibles à la consultation libre, encadrant la recherche en fonction de la problématique du client, c’est-à-dire en ne sortant jamais de la problématique précisément visée par celui-ci ;
  • le « renseignement conversationnel », c’est-à-dire la conduite d’entretiens individuels avec les insiders, qui permet de corriger le flou ou les incertitudes que peut apporter l’OSINT ;
  • et bien entendu le « tamisage » ou filtrage des informations, sans lequel on entretient ce que d’aucuns appellent l’« infobésité », la trop grande quantité d’informations.

Ce qui ressort d’un processus d’IS est donc toujours un ensemble d’éléments d’aide à la décision recueillis, décryptés, corroborés, étayés et soigneusement sélectionnés par les consultants de Stanton Wallace et par notre réseau d’experts sur zone à l’international.

Pour avoir appliqué et éprouvé cette méthodologie, nous pouvons aujourd’hui en garantir la grande fiabilité. Mais ce qui fait la force de l’offre IS, au-delà de sa seule méthode, c’est l’expertise marché que les associés et consultants de Stanton Wallace ont acquise depuis 16 ans, parfois plus, par leur activité de conseil en ressources humaines et en organisation. C’est cette connaissance intime des problématiques, des tendances, des enjeux, des perspectives et des spécificités des différents marchés où nous opérons (grande distribution, luxe, cosmétiques, industrie, digital et médias, private equity…) qui donne aux Intelligence Solutions toute leur pertinence. Nous envisageons chaque mission en adéquation avec le business et l’écosystème où nous travaillons.

Connaissant les enjeux et leur variété, nous avons conçu l’IS comme une offre plastique et modulable ; comme un ensemble de « briques » qui ciblent chacune un type particulier de problématique, et dont la combinaison permet d’atteindre toujours précisément le but recherché par notre client.

L’expérience dont nous pouvons aujourd’hui nous targuer a toujours porté d’autant plus de fruits qu’elle se fondait plus sur la proximité avec l’exécutif et les décideurs. L’IS est une offre conseil : nous abordons chaque nouvelle mission comme un partenariat, une relation de confiance et de proximité. A terme, le livrable est toujours un document de qualité dont l’information est finement ciblée : son but est de permettre, très concrètement, de prendre une décision : décider ou non d’une acquisition par un fonds ; s’implanter sur un marché peu connu (par exemple, dans le sud-est de l’Afrique) ; entreprendre ou non une joint-venture (dans un pays à risque du Moyen Orient) ; poursuivre un partenariat ou y mettre fin (ex : avec un fournisseur dans le sous-continent indien) ; statuer sur le rapatriement ou non d’expatriés exposés à une situation tendue (dans certaines régions d’Asie ou du Moyen Orient).

L’IS proposée par Stanton Wallace repose toujours sur trois impératifs : accompagner,cibler, éclairer, pour, à terme, donner du sens au savoir.

Arnaud Beziers La Fosse et Hubert Darbon